Relevé de décisions du Conseil exécutif d’e-Omed du 9 novembre 2012 à Barcelone (Espagne)

Examen des points inscrits à l’ordre du jour :

1. Présentation d’Université Ouverte de Catalogne

Llorenç Valverde présente l’Université Ouverte de Catalogne (UOC) et son fonctionnement. Elle a plus de 60 000 étudiants, dont 60 à 70% sont catalans (inscrits dans une démarche de formation tout au long de la vie). L’UOC a 15 délégations en Catalogne, 3 en Espagne et 1 au Mexique.

L’UOC a 200 professeurs permanents et 2300 contractuels à temps partiel en charge du suivi des étudiants. La plupart de ses enseignants à temps partiel sont eux-mêmes professeurs dans d’autres universités qui ont signé une convention avec l’UOC. L’UOC a aussi 700 personnels administratifs et techniques. Son budget annuel est d’environ 100M€, financé à 30% par l’état catalan et 70% par des ressources propres. Les frais d’inscription sont modérés pour lesétudiants catalans, et majorés par 3 pour les autres étudiants.

Les cours sont majoritairement en catalan, les autres sont en espagnol, anglais et français. Les filières les plus demandées sont la technologie, le droit, l’économie, les humanités, la communication. L’intégralité de l’enseignement est asynchrone, la plupart des étudiants n’étant pas disponibles pour des rendez-vous synchrones. L’UOC délivre des diplômes nationaux, de niveau licence, master et doctorat. En 2012, elle a délivré 5600 diplômes de licences et 1690 diplômes masters. Le taux de diplomation est légèrement supérieur à celui des universités espagnoles. Les doctorats sont encadrés par les professeurs permanents.

Une autre université ouverte existe en Espagne, l’Université Nationale de l’Enseignement à Distance (UNED), avec laquelle l’UOC est en concurrence et n’entretient pas de relation.

2. Appel à projets

Suite à l’appel à projets, 12 dossiers ont été soumis. Le directoire qui s’est réuni le 9 septembre en a pré-sélectionné 8 projets. 6 projets définitifs ont été soumis, les deux projets non déposés n’ont pas pu concrétiser l’implication formelle d’un partenaire sud.

Les 6 projets soumis sont analysés.

1. Le projet de la CT Santé « Module numérique autour de la prise en charge psychologique et sociale du cancer en contexte méditerranéen » porté par Marie Cauli Francke et l’UNF3S

Le projet n’est pas suffisamment élaboré. Le conseil considère que le sujet est très pertinent, mais que le dossier doit être retravaillé pour une soumission l’an prochain. Il invite le porteur à préciser la description détaillée du contenu du module et de sa durée, le ou les livrables prévus ainsi que le budget.

2. Le projet de la CT Histoire Euro-méditerranéenne « Honorer les dieux dans la méditerranée et ses marges » porté par D. Avon et l’Université du Maine.

Le projet est jugé très intéressant. La demande de financement porte sur :

– La traduction (en arabe et en anglais), ainsi que l’intégration multimédia, pour un montant de 12500 €,

– L’élargissement en 2013 de la CT à l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de Dakar, pour un montant de 1500€.

Le conseil valide le projet à hauteur de 12 500€. Les 1 500€ demandés au titre de l’élargissement de la CT pourront être financés en 2013 sur le budget alloué à la CT, étant entendu que l’objectif est que les deux nouveaux établissements adhèrent à e-Omed.

3. Le projet « création de TP virtuels » porté par Monique Vindevoghel et Unisciel

Le projet est jugé très intéressant par le conseil : 6 pays sont impliqués, tous les établissements sont membres d’e-Omed sauf les établissements algériens.

La demande financière est de 3 100€ par pays pour organiser la mission de formation à SEMMLABS dans chaque pays. Elle est validée avec une enveloppe maximale de 18 600€. Cependant le conseil rappelle que le versement prévu pour la formation en l’Algérie est conditionné par l’adhésion à e-omed des établissements concernés ou pour les écoles de leur université de tutelle.

Le président Bennani reprendra contact avec le secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur algérien pour régler le problème du versement de la cotisation pour les établissements algériens.

4. Le projet « Télé TP » porté par Didier Notermann et l’INSA de Lyon

Le projet est jugé très intéressant par le conseil et décide de le soutenir à hauteur des 11000€ demandés. Il émet cependant des réserves sur l’installation du site pilote dans un établissement non membre d’e-Omed (ESI d’Alger).

Si les démarches auprès du ministère algérien n’aboutissent pas favorablement, le conseil exige que le site pilote soit hébergé dans un établissement membre. Il soutient cependant l’initiative d’organiser le worshop à Alger.

5. Le projet « soutien à la formation des enseignants » porté par Bouchra Berrada et

l’Université Mohamed V Souissi de Rabat

Le projet est reçu très favorablement et sera financé à hauteur des 16 830€ demandés. Le conseil encourage les démarches initiées pour finaliser l’adhésion de l’université de Carthage.

Le conseil préconise que ce projet se coordonne avec un projet plus large de formation des enseignants à l’usage du numérique, projet qui réunit à ce jour la MINES, UNIT, UTOP et qui est coordonné par Philippe Horin (philippe.horin@developpement-durable.gouv.fr) de l’Ecole Nationale des techniciens de l’équipement d’Aix-en-Provence.

6. Le projet « ESTenligne : projet pilote pour la mise en place de contenus pédagogiques

numériques du cursus informatique porté par Adelali Ibriz de l’EST de l’Université Sidi

Mohamed Ben Abdellah de Fès

Le projet est reçu très favorablement et sera soutenu à hauteur de 15 936€. L’ouverture aux ISET tunisiens est appréciée. La situation administrative de ces ISET qui n’ont pas de personnalité morale et dépendent d’une direction générale du ministère de l’enseignement supérieur tunisien rend impossible leur adhésion en tant que membre d’e-Omed. C’est pourquoi le conseil valide le principe que pour ce projet, l’UVT, membre d’e-Omed, soit coordonnateur au profit des ISET tunisiens.

Le montant total maximum financé pour cet appel à projets est donc de 74 866€. Le conseil constate que ces projets entrent parfaitement dans l’enveloppe budgétaire de 80 000€ inscrite au budget 2102.

Les modalités de financement de ces projets seront les suivantes :

– Etablissement d’une convention entre e-Omed et l’établissement du porteur du projet,

– A la signature de la convention, 50% de la contribution sera débloquée,

– Le solde de la contribution sera débloqué sur présentation du bilan du projet, des « livrables » et des justificatifs.

Les modalités précises d’engagement de ces fonds seront précisées dans la convention en accord avec le porteur de projet.

3. Projets en cours

Création d’un centre opérationnel e-Omed à Montpellier

Des contacts ont été établis avec la présidence de l’Université de Montpellier 2 et des représentants des collectivités territoriales (Ville de Montpellier et région Languedoc- Roussillon) fin 2011.

Sur la base de ces discussions, un projet de demande de subvention (joint en annexe) a été établi et transmis début novembre 2012 pour avis à nos interlocuteurs techniques. Le projet prévoit l’apport de 150K€ de subvention des collectivités et de 80K€ de l’Université sous forme d’apport en nature (40K€ de fonctionnement et 40K€ d’investissement).

Vers la création de centres e-Omed au Maroc et en Tunisie

A. Bennani propose de poursuivre cette initiative en mettant en place des centres locaux dansles pays du Sud, pour dynamiser et coordonner les activités d’e-Omed. Les deux premiers paysciblés sont le Maroc et la Tunisie, et deux établissements ont été approchés : l’UniversitéMohammed V Souissi de Rabat et l’UTV.

Un premier draft de la convention avec l’université Mohammed V Souissi a été soumis au conseil (joint en annexe).

Yann Tanguy se réjouit de l’initiative qui va renforcer l’implantation e-Omed dans les pays du Sud. Sur le contenu de la convention, il formule une objection de fond concernant les dispositions 3 et 4 à caractère financier. Il appelle l’attention sur le fait que les engagements d’e-omed ne doivent pas être illimités dans le temps et les montants. Il préconise donc que laconvention précise les limites de l’engagement de l’association. Concernant les locaux meublés,il sera précisé dans la convention qu’ils sont mis à disposition gratuitement par l’université partenaire.

Il est par ailleurs décidé que la convention devra être valable un an avec reconduction expresse.

Le conseil décide que la contribution au fonctionnement de chacun des deux centres sera de 12K€ pour l’année 2013.

L’objectif est de créer ces deux centres à partir du 1er janvier 2013.

Yann Tanguy rappelle que les conventions sont négociées et signées par le président et qu’elles doivent être ensuite approuvées par une délibération du conseil exécutif avant d’être effectives.

Projet REFRER

Le projet REFRER (Réseau francophone de ressources éducatives réutilisables) déposé dans lecadre du Fond Francophone des Inforoutes (FFI) a été accepté. Ce projet regroupe la TELUQ(Université à distance du Quebec), la Vitrine Technologie Education (institution canadienne),UNIT et e-Omed comme coordonnateur des établissements en Tunisie (UTV) et au Maroc (EMIde Rabat, EST de Fès et EST de Salé). La présentation du projet est donnée en annexe.

Le montant total du projet est de 317K€, et l’apport du FFI est de 149 700€. Ce montant est partagé entre les établissements du nord et du sud. Pour les établissements du sud, le montant sera versé à e-Omed qui le restituera aux partenaires du sud selon les modalités fixées par le FFI.

Monique Vindevoghel regrette que les membres d’eOmed n’aient pas eu à leur disposition un descriptif écrit du projet REFRER.  A l’avenir, dans un souci de clarté et de transparence, elle exprime le souhait que le bureau veille à ce que, lorsqu’un projet s’élabore en engageant nommément e-Omed, tous les partenaires potentiels du projet en soient bien informés. Elle propose qu’ils soient présentés sur le site Web d’e-Omed.

Projet Géomatique

La convention (présentée en annexe) a été signée par tous les partenaires. La formation démarrera en janvier 2013. L’approbation par le conseil exécutif de cette convention aura lieu à la prochaine réunion.

Les activités à programmer pour 2013

Le conseil insiste pour que l’activité des CT soit soutenue. Il propose que l’on organise simultanément en mars 2013 la prochaine réunion du conseil exécutif et une réunion des CT en un même lieu pour relancer les synergies. Des formations pourront aussi être organisées.

La conférence générale devra avoir lieu début 2014. Elle devra nécessairement être organisée dans un pays du Sud, de préférence en Tunisie, ou à défaut au Maroc. Le soutien du ministre de l’enseignement supérieur du pays concerné est hautement souhaitable.

4. Budget 2013

Le budget présenté en annexe est approuvé à l’unanimité.

Le recrutement d’un commissaire au compte n’est pas obligatoire. Cependant le conseil préconise que l’association en ait un.

5. Divers

Communication e-Omed

Driss Bouami propose que les universités membres d’e-Omed communiquent sur leur site web et mettent en avant leur appartenance à e-Omed.

Composition du directoire

Le président constate que certains vice-présidents n’assurent pas les fonctions pour lesquels ils ont été élus. Il s’agit de M. BEN DHIA Hamed et de M. JAOUA Mohamed. Le conseil prend acte de l’impossibilité dans laquelle ils se trouvent d’assurer leur fonction.

Le président informe les membres du conseil exécutif qu’il va soumettre au directoire la désignation de Mme Molka BELCADHI comme vice-présidente.

Prochaine réunion du directoire : le 25 janvier à Tunis pour préparer la conférence générale de début 2014 et l’appel à projets 2013.

Prochaine réunion du Comité Exécutif : le 2 avril 2013 en Algérie (sous réserve d’accord des collègues algériens).

Fait à Barcelone le 9 novembre 2012

M. Abdelfdil Bennani                    M. Jean-Claude Duriez            Mme Catherine Mongenet

Président                                           Vice-président exécutif                Déléguée général

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

*